Saint-Denis. Le Barachois.

 

 



dans ce site

Grand Raid

Grand Raid 2003

Grand Raid 2002

Résumé et historique

Grand Raid 2001

Grand Raid 2000

 

anciens raids

mon nouveau site

 

Classements

l'organisation

la diagonale des sous

Merci aux Bénévoles

Revue de Presse

 

Récits - Témoignages

Récits de Concurrents

récit GR 2001

récit GR 2000

récit GR 99

récit GR 97

La vie du site

Fonds d'écran

Livre d'or

Mes sites préférés

Bibliographie

Nouveautés

Votre avis m'intéresse !

N'hésitez pas à m'écrire pour me faire part de vos remarques et de vos critiques et je vous répondrais rapidement.



de nombreuses photos  
téléchargeables pour vos fonds d'écran
   	(Réunion, Ile Maurice, Sri Lanka, ...
Fonds d'écran

Le Grand Raid 2002 :
rendez-vous le 18 octobre sur le site de Langevin
Le Grand Raid 2002

de nombreuses photos ramenées 
d'un séjour au Sri Lanka
   	Hotel Lanka Oberoi à Colombo
Voyage au Sri Lanka

de nombreuses photos ramenées 
d'un séjour à l'île Maurice
   	nénuphars géants au parc de Pamplemousses
Voyage à l'île Maurice

Historique des Grands Raids de la Réunion : de 1989 à 2000

1989

Une poignée de fous organise pour la première fois une traversée complète de la Réunion en une seule traite : 500 autres fous relèvent ce défi

"La Marche des Cimes" est née ! Elle propose un menu de 100 km de sentiers à travers les cirques et autres paysages de l'île, avec 6 000 m de dénivelé positif à réaliser en moins de 55 heures.

Didier LE MEHAUTE et son équipe sont loin d'imaginer que leur idée folle deviendra une CLASSIQUE.

Les plus sceptiques annoncent qu'il y aura de la casse. Au soir du troisième jour, les derniers participants rallient l'arrivée, sans que cette sinistre prophétie ne se réalise : le pari est gagné.

Cette première traversée va du Nord (Barachois Saint-Denis) au Sud (Saint-Philippe / Tremblet). Toutes les traversées suivantes se feront dans l'autre sens, du Sud au Nord.

L'histoire retiendra que Gilles TROUSSELIER, gendarme de haute montagne à Chamonix, enlève l'épreuve en un peu plus de 16 h chez les hommes, et Marie Thérèse MAUSSION chez les féminines en 25 h et quelques.

1990

Pour cette deuxième édition, l'organisation "PARADISLES" de Didier LE MEHAUTE rebaptise l'épreuve qui devient "LA GRANDE TRAVERSÉE" : celle-ci part de la marine de Langevin sur la commune de Saint-Joseph, et se termine au Port, après avoir traversé le cirque de Mafate.

Gilles TROUSSELIER gagne l'épreuve une 2ème fois et un surnom : "Le TGV de la montagne" ; il précède Jacky MURAT (2ème) et Patrick MAFFRE (3ème) - Chez les filles, Guylène CALPETARD s'impose.

1991

La troisième édition rallie la Caverne des Hirondelles (Saint-Joseph) à Sainte-Marie.

 Le "TGV de la montagne", Gilles TROUSSELIER, se trouve un ami avec qui il fait course commune : Patrick MAFFRE, le cabri de la Plaine des Cafres; les deux hommes franchissent la ligne d'arrivée main dans la main.

Patrick MAFFRE est le premier Réunionnais à inscrire son nom au palmarès des traversées de l’île; Gilles TROUSSELIER ne sait pas alors que sa 3ème victoire consécutive est aussi la dernière: l'Auvergnat est à ce jour le seul non-résident à avoir jamais remporté ces traversées.

Patrick Maffre
Patrick Maffre

La main-mise totale des Réunionnais sur l'épreuve vient de commencer.

Chez les filles, Marie Annick LAUDES s'impose.

1992

Départ à Cap Méchant / Basse Vallée, arrivée toujours à Ste Marie.

Un nouveau sentier doit être créé à cette occasion : réalisé par l’ONF, Mare à Martin - Bé Massoune, du cirque de Salazie à la crête de Ste Marie ; le 1000° km de sentier balisé est atteint, de même qu’un nouveau record de participants : 1000 !.

Victoire d’un certain J.Philippe MARIE-LOUISE : le résident de Bois de Nèfles Saint Paul vient d’entamer une série de 4 victoires.

Chez les féminines, belle arrivée ex æquo de Mireille SERY et Thérèse DEROLEZ.


Myrtal en plein effort

1995

Nouvelle étape pour le Grand Raid : l'organisation se structure et se renforce en 1995 et 1996, avec une partie de l'équipe actuelle, dont Michel NOEL et Robert CHICAUD, les présidents suivants.

A l'issue du GR 1995 en effet, J. Pierre CHARRON passe la main à Michel NOEL, le responsable médical de l'organisation.

875 concurrents, dont 180 non-résidents, s'élancent de Cap Méchant, mais pour arriver cette fois à la Grande Chaloupe le petit village typique, avec son "ti-train lontan" et sa gare, base du PC d'organisation, accueillera l'arrivée de l'épreuve de 1995 à 1997.

Avec un des parcours les plus "roulants", J. Philippe MARIE LOUISE gagne et établit en 15 h 40 le record en temps des traversées de l’île. Marcelle PUY gagne chez les féminines.

Le développement médiatique s'intensifie en direction de l'extérieur, avec pour objectif: dépasser les frontières de l’île et rallier des concurrents du monde entier. L'épreuve rejoint le giron de la FFME.

1999

En 1999, le président Michel NOEL passe la main à Robert CHICAUD qui devient le nouveau président de l'organisation du Grand Raid. 2 000 concurrents au départ de l'épreuve, qui est déplacé du Cap Méchant au Stade Langevin commune de Saint-Joseph - 800 non-résidents dont 100 étrangers de 20 pays.

Chez les hommes : 2ème victoire de Cléo LIBELLE, après une arrivée quasiment au sprint ! (les 4 premiers se tiennent dans une fourchette de 5 minutes après 125 km !).

Chez les filles, nouvelle victoire de l'inusable Mireille SERY (49 ans)

2000

L'année 2000 s'annonce prometteuse avec 2 500 concurrents, dont 200 sur une nouvelle épreuve dans l'épreuve : le SEMI-RAID, qui s'arrêtera à Cilaos, à mi-étape du Grand Raid.

1000 concurrents de l'extérieur témoignent de l'attrait de cette épreuve au-delà des limites de l'île - Épreuve populaire, course de l'extrême, course de beauté et fête sportive, le Grand Raid est désormais connu et reconnu comme un des plus beaux Raids pédestres du Monde.

lire la page spéciale "Grand Raid 2000"

1993

Cette année sera un tournant dans l’organisation de ces traversées de l’île : à 2 mois de l’épreuve, 1° coup de théâtre ; Didier Le MEHAUTE et son équipe jettent l’éponge; raisons évoquées : tracé non sécurisé suite au passage d’un cyclone en début d’année, problèmes de financement.

A un mois et demi de l’épreuve, 2ème coup de théâtre, Jean Pierre CHARRON, Directeur Technique de l'épreuve, relance la course, baptisée : "Course de la Pleine Lune"

Départ Cap Méchant - Arrivée La Possession. Au passage, J.P. CHARRON change le parcours afin d'éviter les passages non sécurisés, avec notamment la traversée de Mafate Nord, l'ascension sur Dos d'Âne, et même la cour d'une famille que quelques centaines de finisseurs emprunteront !

Étant donné le revirement de dernière heure, le nombre d'inscrits chute de moitié : plus de 1 000 à 460 dont aucun non-résident. L'organisation montée en un mois et demi par des bénévoles passionnés est une réussite.

J.Pierre CHARRON et son équipe ont réussi leur pari et viennent de sauver la course. D'autre part et pour la première fois, l'Organisation est associative, fondée sur le bénévolat

2ème victoire pour Patrick MAFFRE et Mireille SERY

1996

Départ Cap Méchant, arrivée Grande Chaloupe. 1080 concurrents, dont 335 de l'extérieur : pour la première fois, le nombre de concurrents a rejoint le record qui datait de la Grande Traversée 1993. Le nombre de non-résidents double en une année - l'épreuve devient mythique en métropole dans le monde de la course à pied, au même titre que la Marathon des Sables ou le Raid Gauloise. L'émission "Sport Événement" sur M6 associe d'ailleurs les 3 épreuves dans une émission spéciale "Raids" avec plateau tourné à la Réunion. Beauté et diversité des paysages Réunionnais, difficulté extrême du challenge sportif proposé, chaleur de l'accueil et convivialité, attractivité du tourisme tropical, qualité de l'organisation : le cocktail est en place, grâce à un millier de bénévoles, et accroche les touristes sportifs. En même temps, l’île s'identifie à cette épreuve au caractère populaire.

3ème victoire consécutive de Marie-Louise, qui avec 4 victoires en tout, imprime définitivement sa marque sur l'épreuve !

Chez les filles, Josiane CATOIS de Nouvelle Calédonie impose le nouveau record féminin en 23 h 30 mn.

Cléo Libelle
Cléo Libellle

1994

Nouveau changement de nom pour l’épreuve qui devient "LE GRAND RAID", nom qu'elle gardera jusqu'à aujourd'hui.

Départ toujours de Cap Méchant, arrivée à la Possession par la Montagne, le Chemin des Anglais et la Grande Chaloupe. Au niveau des changements : l'organisation associative s'oriente de plus en plus vers une prise en charge croissante de l'alimentation des concurrents (ravitaillements, repas chauds) et de leur confort (dortoirs, massages), alors que les éditions initiales s'en tenaient au principe de "l'auto suffisance alimentaire".

Ce "confort" est loin d'être neutre : il facilite la venue de non résidents (60 cette année là), et surtout, limite la charge à porter ; les sacs de 15 kg de 1989 (y compris : tente, réchaud, etc. ) passent à 5 kg, et l'esprit "Découverte" et "Aventure" des "Grandes Traversées" est désormais partagé avec l'exploit sportif, l'amélioration du chrono et la compétition pour les meilleurs. Le niveau général des concurrents a énormément progressé en 5 ans : avec un temps de 30 heures, on est 30ème en 1990 et seulement 100ème en 1995.

Le côté festif est également renforcé : départ aux flambeaux la nuit, nombreux groupes musicaux, remise de diplômes et de médailles, etc.

660 concurrents s'élancent de Cap Méchant, dont 60 non résidents - 2ème victoire pour J. Philippe MARIE LOUISE (Jacky MURAT franchit le 1er la ligne d'arrivée mais est disqualifié pour non pointage à 2 postes) - 3ème victoire pour Mireille SERY.

Cette année-là, EUROSPORT diffuse un film sur le Grand Raid ; de son côté, le magazine JOGGING INTERNATIONAL classe la course en 2ème position dans son numéro spécial "les 50 plus belles courses du monde" dans la catégorie Raids Pédestres, et invente le surnom de l'épreuve : "La Diagonale des Fous" - La légende est en train de naître à l’extérieur.

1997

Départ Cap Méchant, arrivée Grande Chaloupe - 1550 concurrents, dont 660 de l'extérieur. Patrick MAFFRE domine la course : le Cafri-Plainois arrive avec plus d'une heure d'avance sur le 2ème et annonce sa retraite des grandes traversées.

Chez les filles, c'est la 1ère victoire de Corinne FAVRE : la multi-championne de montagne vient d'adopter l'épreuve, qu'elle qualifie d'une des plus dures au monde

lire le témoignage d'un "survivant" du Grand Raid 97
1998

1998 sera l'année du changement du lieu d'arrivée : direction le Stade de la Redoute, à Saint- Denis. Avec 1800 concurrents, le Grand Raid se sentait à l'étroit dans le petit village de la Grande Chaloupe, où organiser l'arrivée tenait de l'exploit.

Plus de 800 non-résidents, 20 pays représentés : l'internationalisation de l'épreuve s'affirme.

Avec l'organisation d'un village à l'arrivée, le Grand Raid prend une nouvelle dimension : stands, podiums et animations, le village de la Redoute va vivre pendant quatre jours au rythme de l'arrivée des "survivants" du Grand Raid.

1ère victoire de Cléo LIBELLE, jusqu'alors habitué aux places d'honneur : à 35 ans, le Mafatais arrive à maturité pour ce type d'épreuve, toujours remportée chez les hommes par des athlètes de 35 à 42 ans

Chez les filles et face à une rude concurrence, Corinne FAVRE s'impose en force avec le nouveau record féminin, 22 h 20, et une 20ème place au scratch.