Merci de me laisser vos impressions sur votre visite !

Bienvenue à la


dans ce site
 

Grand Raid

Grand Raid 2003

Grand Raid 2002

Résumé et historique

Grand Raid 2001

Grand Raid 2000

Classement 2001

Revue de Presse

Récits - Témoignages

Toutes les courses

Infos pratiques

- Inscriptions : elles seront closes le samedi 5 mai au soir. Vous pouvez retirer un bulletin d’inscription à la maison de la montagne (Saint-Denis et Cilaos) et dans les offices de tourisme de toute l’île. Renseignements au 0262.31.71.71 ou 0262.64.29.93.

- Horaires
4h : petit déjeuner
7h : départ du stade municipal
10h : fermeture du poste de Kervéguen
12h : repas à Cilaos

Votre avis m'intéresse !

N'hésitez pas à m'écrire pour me faire part de vos remarques et de vos critiques et je vous répondrais rapidement.


de nombreuses photos	
téléchargeables pour vos fonds d'écran
		(Réunion, Ile Maurice, Sri Lanka, ...
Fonds d'écran

Le Grand Raid 2002 :
rendez-vous le 18 octobre sur le site de Langevin
Le Grand Raid 2004

de nombreuses photos ramenées 
d'un séjour au Sri Lanka
		Hotel Lanka Oberoi à Colombo
Voyage au Sri Lanka

de nombreuses photos ramenées 
d'un séjour à l'île Maurice
		nénuphars géants au parc de Pamplemousses
Voyage à l'île Maurice

Vous êtes ici :  Bienvenue à la Réunion > Courses 2002 > Cross du Piton des Neiges

Course de montagne : 14e édition du Cross du Piton des Neiges : dimanche 12 mai 2002

  Nouveau doublé des fréres Grondin !

cliquez ici pour voir le classement 2002

Edition 2002

Cette année l’arrivée de l’épreuve a été jugée au gîte et non sur le toit de la Réunion : le mauvais temps persistant sur l’île a en effet, incité les organisateurs à ramener le parcours de 13,6 km à 10 km. Une distance réduite qui a facilité la “balade” des frères Grondin. Mais, si l’année dernière Jean-Pierre a pris le meilleur sur Benoît à une centaine de mètres du “finish”, hier c’est l’inverse qui s’est produit.

.

Avec une pluie dense et sans discontinuité toute le journée de samedi, un parcours boueux, glissant donc dangereux, et une voûte nuageuse dense et basse, empêchant la mise en place du ravaitaillement par hélicoptère jusqu’à hier matin 7h00, tous les ingrédients étaient réunis pour un report de la quatorzième édition du cross du Piton des Neiges. “Nous avons repoussé notre décision à ce matin (ndlr : hier matin), si l’hélico n’avait pas pu décoller et transporter l’alimentation et l’assistance médicale aux points de ravitaillement réglementaires, nous aurions tout simplement annuler. On ne doit pas jouer avec la santé et la sécurité des athlètes et des bénévoles”, expliquait Fernand Payet, de la Maison de la montagne. C’est pour cette seule raison d’ailleurs que l’organisation décidait dès samedi après-midi de juger l’arrivée de la course au gîte (situé à 3,6 km du sommet) si celle-ci était maintenue le lendemain. C’est ce scénario qui a prévalu hier. Et c’est à huit heures (au lieu de sept) que les 160 participants - sur 220 inscrits - ont commencé la montée d’abord vers Bras-Sec, puis vers le gîte
DEUX SECONDES D’ÉCART

Cette fois encore, il n’y a pas eu de suspense. Moins d’un kilomètre après l’entame du sentier, Jean-Pierre Grondin, 24 ans, vainqueur de l'édition 2001, et son frère Benoît, 30 ans, tenant du trophée de 1998, 1999 et 2000, se détachaient. “Je reconnais que nous sommes partis sur des bases élevées”, déclarait l’aîné de la famille Grondin. Les deux Mafatais d’Aurère “sans s’être concertés au préalable” maintenaient l’allure. Les bénévoles présents sur le parcours se demandaient à cet instant quel final avait prévu le duo. “Je répète que c’est le hasard qui fait qu’on se retrouve à chaque fois en tête de cette course. Au départ, nous savons que c’est chacun pour soi et que le meilleur gagne”. Le meilleur hier, c’était Benoît (1h16’11) et pour la quatrième fois en cinq ans. “J’ai fait la différence à une centaine de mètres de l’arrivée. Et sans aucun esprit de revanche”, indiquait le Mafatais. “L’essentiel est que le trophée reste dans la famille”, reprenait Jean-Pierre (1h16’13). Ni Yoland Maillot (1h19’19), quatrième au scratch, également de l’association possessionnaise, ni le troisième (1h18’49’’), n’essayaient de compliquer cette concurrence fraternelle. “C’est ma première course de la saison. Ce n’est pas facile de tout de suite trouver ses repères sur un parcours aussi court et difficile. Jusqu’à ce matin, je pensais avoir une chance à partir du gîte, mais le temps a modifié les données du cross du Piton des Neiges”. Vraiment un sale temps !
ORGANISATION

Malgré les contretemps dûs aux conditions météorologiques détestables et la décision tardive de maintenir la course, Bernard Maillot et le service des Sports de la mairie de Cilaos, Fernand Payet et la Maison de la montagne, Roger Fagonde, Avalasse et tous leurs partenaires ont réussi leur pari avec succès. Bravo à toute l’organisation et aussi au médecin appelé au tout dernier moment.

JR - article du JIR : lundi 13/05/2002

Avant Course 2002
La doyenne fête ses 14 printemps
En 1988, Jean Jacques Mollaret lançait le cross du Piton des Neiges et faisait découvrir aux Réunionnais les joies de la course de montagne. Aujourd'hui, une quinzaine de courses du même type figurent au calendrier de la ligue réunionnaise d'athlétisme (voir calendrier complet 2002).

Avec parmi elles, ce fameux cross du Piton des Neiges dont la quatorzième édition se prépare en coulisses.

Jean Jacques Mollaret n'est plus là pour la gérer ...

article du Quotidien : 03/05/2002

Le Piton des Neiges attend les concurrents

Ils seront 300 mordus de montagne à s’élancer demain à l’assaut du Piton des Neiges, à l’occasion de la treizième édition du cross le plus réputé de l’île. Avec une météo qu’on annonce clémente, et un dispositif d’encadrement rodé au fil des éditions, les meilleurs coureurs pourraient bénéficier de conditions idéales pour améliorer le record de l’épreuve, détenu par Benoît Grondin en 1h45’. Pour le commun des mortels, amateur de balades dans les hauts ou touristes en quête d’images fortes, le Piton des Neiges est une montagne incontournable. Immanquablement, le plus haut sommet de l’île fait lever les yeux au ciel, soulève les soupirs et coupe le souffle, que l’on soit estomaqué par sa beauté majestueuse ou par ses pentes abruptes... C’est sans doute la magie du lieu, et l’envie de repousser ses propres limites, qui amènent chaque année autant de coureurs à s’élancer à l’assaut du Piton des Neiges. On en attend 300, demain, dès les premières lueurs de l’aube, et pas mal d’entre eux ne pourront rallier l’arrivée. Mais ils auront essayé. Il faut en effet garder en mémoire que le parcours sinueux s’étire sur plus de 13 km, avec un dénivelé positif de 1900 m, sept ou huit échelles à gravir et un final à vous tétaniser les mollets. Pour Benoît Grondin, le recordman de la course, il semble que ces quelques obstacles ne soient pas un problème : 1h45’ pour atteindre le toit de la Réunion, cela laisse rêveur, surtout que le Possessionnais s’est imposé lors des trois dernières éditions. “Avec ces trois succès, Benoît est le premier à s’adjuger le trophée Iréné Accot”, souligne Fernand Payet, le directeur adjoint de la Maison de la montagne de Cilaos, organisme qui soutient le club Avalasse dans cette organisation difficile. Du coup, le trophée est remis en jeu cette année, mais le métropolitain Thierry Icare (déjà double vainqueur) ne pourra pas postuler, pour cause de voyage de noces. L’absence d’Icare, c’est un sérieux concurrent en moins pour la victoire, mais la rumeur prétend que le Pyrénéen Philippe Gache (dont c’est la première participation) pourrait le remplacer au pied levé dans le peloton de tête.

Saint-Prudence

Et si le parcours demeure inchangé par rapport à l’an dernier, une modification importante en terme de sécurité a été apportée par les organisateurs : un point d’eau supplémentaire est prévu entre le gîte et le sommet, afin de permettre aux coureurs de bien s’hydrater dans la portion la plus ardue du cross. “Les participants ont toujours tendance à minimiser les risques, ce qui est loin d’être notre cas”, rappelle Fernand Payet, avant d’ajouter : “Il y a le côté mythique et grandiose de la course, mais il y a aussi son aspect dangereux. Il faut à tout prix que nos consignes soient respectées, même si les coureurs sont avertis, entraînés et partent en connaissance de la topographie”. Bref, si le risque zéro n’existe pas, les bénévoles du club Avalasse et les hommes de la Croix-Rouge souhaitent, autant que faire ce peut, éviter tout accident. “Le 6 mai, c’est la Saint-Prudence, cela me paraît être un bon conseil à respecter”, insiste en souriant Fernand Payet. Et puisque la météo semble agréable, avec un beau et chaud soleil cette semaine sur le cirque, les conditions semblent réunies pour offrir un beau spectacle au nombreux public qui ne va pas manquer d’envahir les rues du charmant petit village de Cilaos.

Th. Lauret - 05/05/2002

Classement Cross 2002

1. Benoît Grondin (Mafate) 1h16’11
2. Jean-Pierre Grondin (Mafate) en 1h16’13 - 3. René Léocadie (CAPP) 1h 18’ 49 - 4 Yoland Maillot 1h 19’19